Fans de mangas, cet article est fait pour vous

Après l’article de Gauthier concernant le monde otaku, à mon tour de vous présenter MA vision – personnelle, évidemment – de ce qu’est être un fan de mangas. Puisque divers avis peuvent exister à ce sujet, et puisque les mangas ont su traverser les générations, l’on va donc se pencher ici sur les critiques qui peuvent exister à leur sujet, et l’on va également déconstruire tous les préjugés les concernant. Ici, maintenant, sur Vive-On.

mangas
Vegeta n’aime pas les préjugés, et il le fait savoir. Ouch.

Préjugé 1 : « Les mangas, c’est pour les gamins »

Cet argument-là est bien connu des amateurs de mangas, et pour cause : c’est un des plus répandus, si ce n’est le plus répandu parmi les non-connaisseurs.

Parce que oui, l’écrasante majorité des personnes qui pensent que lire un manga est exclusivement réservé aux enfants n’ont en réalité pas une grande connaissance, pour ne pas dire nulle, de cet univers. Afin que vous compreniez où je veux en venir, prenons l’exemple du monument artistique américain, le nec-plus-ultra, j’ai nommé : le comic. Quelqu’un qui aura regardé Teen Titans – le dessin animé – serait tenté de se dire « Tiens, encore un truc pour enfants ». Or, lorsque l’on explore en profondeur l’oeuvre Teen Titans au travers des comics et de l’univers DC Comics auquel elle appartient, on se rend compte qu’en fait… ça n’est pas DU TOUT ce à quoi l’on pensait au départ. Et l’on se retrouve de suite confronté à un univers très mature, avec des personnages qui vivent des aventures dangereuses, qui ont du vécu et un passé (souvent) morbide ou tumultueux.

Cette explication est longue, je vous le conçois, mais elle est transposable sur l’univers des mangas. Mais avant ça, il faut que je vous explique quelque chose (promis, je serai concis).

Il faut tout d’abord savoir que les mangas sont divisibles en plusieurs catégories :

  • le shônen, plutôt destiné aux jeunes garçons ;
  • le shôjo, plutôt destiné aux jeunes filles ;
  • le seinen, destiné aux adultes.

Et ce n’est pas fini : ce sont les trois grandes catégories de mangas, mais au sein de ces catégories, l’on retrouve également des « sous-catégories » : le nekketsu, par exemple, qui est un shônen d’aventure – avec donc des combats, des héros qui ont un but à atteindre, à l’image de Naruto, pour prendre un exemple connu – ou le genre magical girl qui représente le côté « kitsch » et magique, féerique des mangas. On voit donc bien qu’on est loin de l’approche simpliste et extrêmement réductrice du manga, qui serait « uniquement pour les gamins » : il y en a pour tout les goûts et pour tout âge !

Préjugé 2 : « les mangas sont incompatibles avec une vie sociale »

Ah bon ?

mangas

Celle-là aussi, vous l’avez probablement entendue ou lue quelque part. Quelqu’un qui lirait des mangas serait donc un asocial incapable de se faire des amis, de vivre, de « profiter de la vie » ? Comme dit précédemment, les mangas touchent à différentes thématiques, aussi diversifiées que l’imagination de leurs auteurs ne le permet. Beaucoup de gens sont amateurs de lecture, de cinématographie ou de séries, et pourtant leur vie sociale se porte très bien ! Pour être honnête avec vous, je ne comprends pas pourquoi ce préjugé-là a encore la vie dure…

Préjugé 3 : les mangas sont « violents » / incitent à la violence

Pour le coup, on prend un virage totalement à l’opposé du premier préjugé. Mais puisque les extrêmes, c’est pas bien, au risque de me répéter : C’EST FAUX. Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus…

mangas
C’est faux. (Bon, elle était facile celle-là…)

Mais au final, Mohamed, c’est quoi être « fan de mangas » ?

Etre fan – ou amateur, c’est selon – de mangas, c’est tout simplement apprécier les mangas. C’est reconnaître la diversité de ses œuvres, sans forcément toutes les apprécier. C’est également reconnaître ses vertus au travers des messages qui peuvent y être véhiculés, ainsi que des différentes leçons de vie ou valeurs qui peuvent en être les fondements (courage, détermination, patience…). Contrairement à ce que l’on peut penser (oui), tous les fans de mangas n’ont pas vocation à se déguiser et/ou à participer à des festivals où ils chanteraient à tue-tête les génériques de leurs œuvres d’animation préférées.

D’ailleurs, à ce sujet, il est important de faire la distinction entre manga (bande-dessinée japonaise, qui se lit souvent de droite à gauche) et anime ou japanimation, qui est comme son nom l’indique une oeuvre d’animation japonaise. La confusion entre les deux vient du fait que bien souvent, des anime sont adaptés d’un manga déjà existant.

Il existe bien d’autres préjugés, mais ces trois-là devraient suffire à couper le sifflet de vos collègues un peu (beaucoup) réticents vis-à-vis de votre passion. Sur ce, je me joins à l’équipe et je vous dis à bientôt sur Vive-On !