La façon dont vous traitez les serveurs révèle votre personnalité

Vous êtes au restaurant, venez de commander une petite salade niçoise – plutôt agréable en cette saison je vous l’accorde – mais seulement voilà, vous ne voyez pas vos févettes que vous vouliez tant. Enragé, vous appelez le serveur et lui faites savoir – à lui ainsi qu’à tout le restaurant – votre mécontentement de manière à bien lui faire comprendre que vous adorez ces petites fèves et que vous ne concevez pas qu’on puisse oublier cela. Si vous réagissez réellement de la sorte, vous avez du soucis à vous faire. Pourquoi ? Tout simplement car la façon dont vous traitez les serveurs révèle votre personnalité.

 

Serveur de restaurant

 

Des traits de caractère bien précis

 

« La façon dont les autres traitent un directeur ne veut rien dire. En revanche, la façon dont les autres traitent un serveur est comme un miroir magique de l’âme. » – Del Jones, USA Today

Connaissez-vous « The Waiter Rule » – littéralement « La Loi du Serveur » – ? Si non, voici une explication. Cette loi suggère que la façon dont vous traitez les serveurs révèle votre personnalité au point qu’un exécutif peut prendre la décision de vous embaucher ou non rien qu’en connaissant vos agissements. Plus simplement, une personne malpolie et/ou exigeante envers un serveur est souvent un indicateur d’une personnalité peu compatible avec le travail d’équipe. D’après certains spécialistes, il serait même important de prêter attention à la façon dont la personne en face de vous se comporte avec le serveur avant de s’engager dans une relation tant des éléments de son comportement peuvent ressortir.

Pour comprendre plus facilement ce phénomène, étudions de plus près les individus se situant aux deux extrémités : ceux qui traitent correctement les serveurs et ceux qui les traitent mal. De chacun de ces comportements découlent des traits de personnalité que voici.

 

Les personnes à système d’évaluation situationnelle

 

« Faites attention aux personnes possédant un système d’évaluation situationnelle qui peuvent activer ou non leurs charmes en fonction des personnes avec qui elles intéragissent. » – Bill Swanson, ancien PDG de Raytheon

Cette citation permet de résumer comment agissent les personnes attribuant une valeur à chaque individu. Le système d’évaluation situationnelle fait donc en sorte que lorsque quelqu’un s’adresse à une personne en laquelle elle voit un intérêt important elle sera plus sympathique que lorsqu’elle s’adresse à un serveur qu’elle considère comme une personne de second plan qui ne lui apporte rien. Concrètement, leur humeur change en fonction de la personne à qui elles s’adressent, ce qui a tendance a rendre les relations très superficielles, il ne s’agît pas d’une façon saine d’aborder les gens – sans blague -.

Au contraire, la personne traitant bien le serveur se comportera de la même manière avec chaque personne. Le principe d’égalité entre en compte et c’est ce qui permet une approche plus saine de chacun, des relations vraies et qui se passent souvent bien.

 

Le jugement face à la compréhension

 

Ceux traitant les serveurs comme des personnes inférieures sont la plupart du temps des personnalités où le jugement est présent. Ils considèrent l’autre comme étant moins important qu’eux en se basant sur leur métier. Ils peuvent également parler de manière condescendante et même claquer des doigts pour attirer l’attention du serveur.

En revanche, ceux traitant bien les serveurs ont tendance à être bien plus tolérant et ne jugent pas le livre qu’à sa couverture. Ils sont de nature compréhensive.

 

Maltraiter un serveur, signe d’incompatibilité avec les responsabilités ?

 

Eh oui, il y a beaucoup de tort à ne pas respecter un serveur. La personne n’est alors pas nécessairement faite pour le travail en équipe et peut se révéler être un coéquipier à l’origine d’une brèche. Pour être un bon équipier le respect se doit d’être mutuel et la confiance doit être là, ce qui n’est pas le cas chez des personnes moins ouvertes. De plus, être insolent ne permet pas de gagner le respect, il est alors difficile de se positionner comme un leader. Ce fut peut-être possible au moyen-âge, quand certains pensaient encore qu’on pouvait s’imposer par la force. Il est donc compliqué pour ce genre de personnes d’être acceptées dans des équipes et encore plus lorsqu’il faut les diriger. Les relations humaines sont extrêmement importantes et être intolérant et condescendant ne permet pas de travailler dans de bonnes conditions.

 

Noir, blanc. Un peu simpliste ?

 

Simples clichés ou triste réalité ? Cette théorie est pourtant très appréciée des grands dirigeants et semble être assez véridique. Même si elle ne permet pas de « juger » une personne, elle dévoile toutefois des traits de caractères recherchés ou non. Que pensez-vous ? N’hésitez pas à nous donner votre opinion en commentaire !