Trois profils-type du « bloqueur » pour les nuls

En ce jour du 16 avril 2018, une vague de protestations et de manifestations a envahi la France entière : de Lille à Montpellier, du Nord au Sud, ce sont des milliers d’étudiants qui protestent chaque semaine contre des mesures gouvernementales jugées « injustes » ou « inappropriées ». La conséquence ? Plusieurs facs sont bloquées par des groupes d’étudiants mécontents. Mais être « bloqueur », c’est quoi au juste ? Sur ViveOn, on vous donne 3 profils-type de bloqueur. C’est parti !

bloqueur manifestationProfil numéro 1 : le bloqueur engagé

C’est le numéro 1, et pour cause : c’est le plus investi dans la cause étudiante. Ayant approximativement entre 19 et 40 ans, c’est un protestataire dans l’âme : il n’a pas manqué une seule manifestation étudiante depuis son entrée à l’université. Au niveau des revendications, il se revendiquera tantôt « marxiste-léniniste », tantôt « maoïste ». Il se place généralement en tête de file lors des manifestations, de sorte à « mener le groupe » et c’est souvent lui qui lance les slogans, du type « Président, démission ! » ou encore « Pas de sélection pour les étudiants ! ». Vous l’avez compris, l’auteur des revendications, c’est lui : sans lui, pas de mouvement étudiant d’une telle ampleur. Ses faits d’armes ? Un affrontement en 1 contre 1 avec un CRS lors d’une manifestation étudiante en 2016. Warrior.

Profil numéro 2 : le bloqueur-casseur

Pour lui, s’arrêter au simple blocage est peine perdue : un bon mouvement de contestation implique un peu de casse ! Un peu… ou beaucoup : chaises brisées, vitres cassées, le bloqueur-casseur casse tout ce qui se trouve sur son chemin. Moyen de montrer son mécontentement vis-à-vis d’une institution totalitaire et oppressante pour certains, véritable fléau pour les autres, c’est généralement un individu inconnu des milieux étudiants. D’ailleurs, personne ne peut réellement dire s’il est universitaire ou non, puisque les seuls fois où l’on entend parler de lui, c’est lorsqu’il surgit pour exploser des chaises ou des vitres. Puis il disparaît, jusqu’à la prochaine manifestation.

Profil numéro 3 : le bloqueur opportuniste

Le bloqueur opportuniste est à tort amalgamé avec les autres types de bloqueurs et pour cause : personne ne sait s’il bloque ou non. Faisant de temps à autre acte de présence aux assemblées générales étudiantes, il n’est de manière générale pas totalement investi dans leurs causes : pour lui, une manifestation, c’est l’occasion rêvée pour louper deux ou trois jours de cours. On n’est pas tout à fait sûrs non plus qu’il soit au courant des réelles motivations des manifestants, étant donné qu’il ne manifeste presque jamais… Est-il étudiant ? Lycéen ? Collégien ? C’est toujours un mystère.

 

Et vous, quels profils de bloqueurs connaissez-vous ? Dites-nous tout en commentaire ! Et sur ce, nous vous disons à bientôt sur ViveOn…

(mais avant ça, nous vous invitons à lire notre précédent article sur comment purifier l’atmosphère de votre maison.)