Les fêtes de fin d’année : comment bien finir l’année

Pour beaucoup d’entre vous, fin d’année rime avec fêtes. Et qui dit fête dit repas de famille, cadeaux, retrouvailles… Tant de moments que l’on peut appréhender de manière positive… mais aussi redouter ! Dans cet article, nous allons vous montrer des exemples à faire (ou pas) pour passer une bonne fin d’année, afin d’attaquer la nouvelle année comme il se doit.

C’est peut-être aussi le bon moment pour reprendre goût à la vie !

1- Manger raisonnablement

Vous vous installez à table, et en face de vous, votre tante, qui ne cesse de vous répéter depuis une heure que “vous avez tellement grandi”. Mais qu’importe : ce qui vous intéresse, c’est la gigantesque dinde rôtie qui trône fièrement au milieu de la table. Vous l’aviez repérée dès le départ, et il vous semble qu’elle aussi. Vous jetez un regard furtif autour de vous, jusqu’à croiser celui de votre cousin, plus ou moins de votre âge, et qui a -lui aussi – l’air très motivé. Cette guerre, vous ne la vouliez pas : mais si votre cousin s’est mis en travers de votre chemin, vous vous dites que vous n’avez d’autre choix que de “l’éliminer”.

Votre mère vous lance le top départ : en une nano-seconde, votre assiette est levée, afin d’être le premier à être servi. Ni vu ni connu, vous vous emparez de la fourche : votre cousin, visiblement encore dans les starting-blocks, vous regarde d’un air ébahi, tandis que vous vous servez deux généreuses portions de dinde. Au fil de la soirée, le schéma se répète : au fur et à mesure que les plats défilent, c’est une succession de victoires pour votre part qui s’enchaînent, et rien ne semble vous arrêter, pas même le regard sévère de votre père.

Rien, vraiment ? Il semblerait que non, puisque très rapidement, votre estomac vous rappelle à l’ordre : vous avez eu les “yeux plus gros que le ventre”, et votre surplus d’ambition, vous le payez en passant le reste de votre soirée aux toilettes. Scénario tragique.

2- Eviter les sujets qui fâchent

Ne JAMAIS parler politique à table. Jamais.

Vous êtes à table (toujours), l’ambiance est calme. Un peu trop calme, à votre goût : jusqu’à présent très discret, vous décidez donc, pour amorcer le dialogue, d’aborder un sujet, au hasard.

 

“Et sinon, Macron, pour l’instant c’est bof-bof, hein ?”

 

Oups.

Il n’aura fallu qu’une poignée de secondes pour que votre oncle un peu “borderline” ne renchérisse, non sans quelques remarques racistes-mais-pas-trop. Puis votre tante qui rétorque, puis votre cousine. Votre cousin, quant à lui, va tenter subtilement de faire de la propagande pour son candidat favori. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que le silence de marbre laisse place à un brouhaha assourdissant. D’ailleurs, les autres invités vous ont rapidement laissés de côté pour s’écharper mutuellement avec vigueur. Fiasco.

3- Opter pour des festivités de fin d’année en petit comité

Les grands repas de famille, très peu pour vous : vous avez toujours préféré les petits comités. Que ce soit avec votre femme et vos enfants (si vous en avez) ou entre amis, l’essentiel est de ne pas avoir à subir les discours longs et teintés d’aigreur de votre tante ou d’avoir à gérer les bêtises de votre petit cousin. Un repas au resto, un apéro chez le copain, une sortie entre amis : les possibilités sont multiples.

Parce qu’après tout, une bonne fin d’année, c’est une fin d’année passée à faire ce que l’on aime, avec les gens qu’on aime. Pourquoi se forcer ?